Rencontre du 14 février avec M. REVEL

La CGT a été reçue suite à sa demande :

Mme BAUCHART, représentant les cadres

Mme CANONNE, représentant les employés

Mme PARIZEL, Secrétaire Générale du syndicat

Ont été évoqué les 2 thématiques suivantes : La classification à venir

1- L’avenir de notre CPAM

Nous avons débuté notre intervention par l’actualité de la réforme des retraites dont son article 50 aura pour conséquence la suppression des CARSAT au profit de la création d’une nouvelle entité hors organismes sociaux « Caisse nationale de Retraite Universelle ». Nous nous interrogeons donc sur l’avenir de la branche maladie et plus particulièrement de notre CPAM.

M. REVEL répond que le débat parlementaire pour les retraites va probablement modifier ce qui est prévu. La branche vieillesse devant selon lui rester sous un contrat UCANSS c’est-à-dire au sein des organismes sociaux.

M. REVEL confirme sa vision de ce que doit être une CPAM :

– une caisse au niveau départemental et non pas régional

– une caisse avec une diversité dans ses activités

Nous avons questionné M. REVEL sur les mutualisations, le projet IJ au Forfait et notre inquiétude quant à la capacité des CPAM plus importantes que la nôtre à absorber de nouvelles activités.

Pas de projet de mutualisation ou de projet TRAM 2 n’est prévu, ni IJ au Forfait. Seul projet en finalisation « PLEIADE », concerne l’industrialisation des courriers entrants donc de la DEMAT. M. REVEL n’a pas pour objectif de renforcer les grandes CPAM. Chaque CPAM quel que soit sa taille doit pouvoir se positionner sur des projets.

Pour M. REVEL le maillage actuel du réseau est performant et n’a pas lieu d’être modifié pour le moment. Il réaffirme son attachement au fondement de ce que doit être la Sécurité Sociale.

2- Nouvelle classification

Nous avons évoqué :

– La difficulté pour les manager de valoriser les compétences des agents en dehors de points de compétences, absence de budget suffisant.

– La faible rémunération des salariés (avec pour certains un complément de Prime d’Activité) qui s’investissent toujours plus dans une Assurance Maladie en perpétuel changement et un taux de remplacement faible.

– L’évolution des salaires et inférieur à l’évolution de l’inflation d’où une perte du pouvoir d’achat

Selon M. REVEL, la nouvelle classification (lorsqu’elle sera validée) devrait rehausser le salaire de base pour les nouveaux entrant.

La délégation CGT souligne cependant que cette nouvelle classification ne permet pas de se projeter dans une évolution de carrière ou salariale. Que cette classification manque de clarté et ne peut palier les manques actuels (ci-dessus).

Seul point d’accord sur ce sujet : le financement ne dépend pas de la CNAM.